منتديات عين دريج
عزيزي الزائر / عزيزتي الزائرة يرجي التكرم بتسجبل الدخول اذا كنت عضو معنا او التسجيل ان لم تكن عضو وترغب في الانضمام الي اسرة المنتدي سنتشرف بتسجيلك
شكرا


مَا يَلْفِظُ مِن قَوْلٍ إِلا لَدَيْهِ رَقِيبٌ عَتِيدٌ
 
الرئيسيةالبوابةاليوميةس .و .جبحـثالأعضاءالمجموعاتالتسجيلدخول
السلام عليكم ورحمة الله وبركاته بسم الله الرحمن الرحمن الرحيم حصريا على منتديات عين دريج عرض رائع جدا احصل على منتدى vb + على استضافة ابقى المجانية + بدومين .eb2a.com + حماية من الهكر + اشهار المنتدى في بعض محركات البحث + استايل احترافي باسم منتداك + و الهاكات الاساسية مجانا !! !! ولكن ما المقابل ؟؟ ان المقابل هو : 25 موضوع فقط الشروط: 1 يجب عمل 25 موضوع فقط 2 يجب عدم استخدام المنتدى فيما لا يرضى الله 3 منتدياتعين دريج غير مسؤلة عن المنتدى بعد استلام مدير الموقع المنتدى سواء كان هكر او عطل في المنتدى لاننا نحميه من الهكر او اى شئ 5 _ ضع في الموضوع اسم المنتدى والرابط الذي هو www.xxxx.eb2a.com ومكان xxxx اسم منتداك بالانجليزية 6 _ ارسل رسالة خاصة فيها اى ايميل جي مايل وباسوورد الايميل الى المدير golden 7 _ سيتم اضافة الاستايل مع المنتدى تلقائي ( سيصبح على الواجهة اسم منتداك بطريقة رائعة ) الاستايل هو استايل تطويري رائع جدا جدا جدا وان استايل لمنتديات التطوير ولكل المنتديات ولونه ازرق ورائع وخطوطه رائعة وهو مناسب لكل المنتديات وهو راااائع وبعد عمل هذه الشروط يتم طلب المنتدى في قسم طلبات المنتديات بداخل منتديات الريف وخلال اقل من 12 ساعة سيتم عمل المنتدى وارسال رسالة خاصة الى مدير الموقع نرسل فيها بيانات المنتدى ملاحظة :ستكون نسخة المنتدى 3.8.4 وهذه النسخة افضل نسخة vb على الاطلاق يتم عمل المواضيع في منتديات الريف www.rifvb.com هذا العرض فقط على منتديات الريف www.rifvb.com تحياتي :golden من منتديات الريف www.rifvb.com

شاطر | 
 

 لمن لم يجدproduction ecrite بعد

اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
المدير
Admin
avatar

عدد المساهمات : 94
نقاط : 273
تاريخ التسجيل : 10/08/2009
العمر : 25

مُساهمةموضوع: لمن لم يجدproduction ecrite بعد   الأحد أغسطس 23, 2009 3:02 am

* etes-vs pour ou contre la chasse???

Depuis l’antiquité, l’homme pratiquait la chasse pour des besoins vitaux comme la nourriture et l’habillement à travers les siècles, cette pratique a perdu son objectif initial pour devenir une activité de loisir et de luxe.
De nos jours, la chasse est sujet d’un débat violent entre un groupe qui la défend avec acharnement et un deuxième qui l’attaque et ne laisse passer aucune occasion sans pointer ses inconvénients de doigt.
Les partisans de chasse défendent leur liberté de pratiquer un sport qui représente une tradition ancestrale qu’ils ont hérité à travers l’histoire et qu’ils essaient de perpétuer. En plus c’est un sport qui les met en contact avec la nature et qui leur permet de fuir le stress et la pollution des villes. Sans oublier le fait que la chasse est un sport qui engendre de l’emploi car il faudrait du personnel pourprendre soin des chevaux, des chiens, des armes…
On ne peut pas parler de la chasse sans signaler quelle est à la base de plusieurs commerces fourniture, sac, chaussures, meubles…
Mais l’argument le plus important brandi par les défenseurs de la chasse et qu’elle est une activité qui rend un service énorme aux recherches scientifiques qui contribuent au progrès de l’homme dans tous ses états.
Face à ses arguments ; les adversaires de la chasse réagissent en soutenant que cette activité détruit l’équilibre de la nature : a quoi bon tuer un éléphant pou ne prendre que ses ivoires ?? Ce massacre massif de certains animaux conduit à leur disparition complète et à l’extinction de certaines races. En plus lorsqu’on chasse pour le commerce, on enfreint la loi qui instaure le repos biologique. Cette infraction a de terribles conséquences sur l’écosystème.
Pour ceux qui prétendent que la chasse est un loisir et un plaisir, mes opposants affirment qu’actuellement on doit avoir honte d’avoir des plaisirs et des loisirs aussi coûteux devant la misère des autres : famine, maladies, catastrophes naturelles.
Normalement l’argent investit dans ce loisir devrait être utilisé à des fins humanitaires.
Je suis pour la chasse qui a des objectifs scientifiques a condition qu’elle soit contrôlée et raisonnée, et non la chasse folle et gratuite comme celle pratiquée par les habitants de Soror, qui consistait à faire un massacre et un carnage pour ne recueillir que quelques sujets qui seraient intéressants pour la recherche.

*Le condamné à mort rédige une lettre à sa petite fille Marie qu'elle lira à sa majorité. Que lui écrira-t-il ?
A deux pas de la mort le condamné à mort déseperé ,ne pense qu'à la mort et son mauvais sort.Voulant ainsi fait à dieu à sa petite fille , il va l'écrire sa derniére lettre avant l'excusion dont laquelle il dit:
Un condamné à mort peut étre un héros populair aussi qu'un criminel chez certains gens chacun à sa vision.Ce que je veux dire ma chérie c'est que je t'aime beaucoup , je te demande de me pardonner ma petite car je ne pourrait pas t'offre la tendresse paternelle et que je te laisse tout le temps sans un pére qui te protége.Je te conseille de ne t'inquiéte pas de ce que les gens disent de moi.Vit ton instant comme tout les enfant et les adults.C'est mon destin d'étre loin de toi toute la vie.
N'oublie pas que je t'aime.
Sujet : De nos jours, beaucoup de jeunes filles sont engagées comme domestiques (bonnes).Qu’en pensez-vous ?

Ces dernières années, le travail des jeunes filles comme bonnes dans des foyers citadins aisés est devenu un phénomène. Le nombre des domestiques ne cesse pas d'augmenter de jour en jour. Quelles sont les causes et les conséquences de ce nouveau fléau ? Et comment peut-on y remédier ?
La sécheresse qui s'est abattue sur la campagne marocaine pendant plusieurs années a appauvri les petits paysans qui n'ont d'autres ressources que le travail de la terre. Les dettes qu'ils ont contractées auprès de la banque les accablent davantage. Le bétail décimé et les puits desséchés, les pauvres paysans n'ont d'autres solutions que l'émigration vers la ville. Dans tous les cas, beaucoup d'entre eux se trouvent obligés de placer leurs filles comme bonnes chez des familles riches. Parfois, les parents misérables croient qu'ainsi ils sauvent leurs filles : ils pensent que ces dernières mangeraient bien, se vêtiraient convenablement et apprendraient un métier grâce à l'employeur.
Mais généralement, sinon toujours, les conséquences du travail de ces jeunes filles sont désastreuses. Elles sont constamment l'objet de la violence de tous les membres de la famille chez laquelle elles travaillent. La maîtresse hargneuse frappe sans raison la bonne et l'enfonce d'insultes ; les enfants la traitent comme si elle était un esclave. Beaucoup de domestiques sont violées par leurs employeurs : c'est le plus grand danger auquel elles sont exposées. La violence atteint dans certains cas un degré inimaginable : une fois, une employeuse a brûlé avec la lame chauffée d'un couteau les parties génitales d'une fillette. D'un autre côté, les domestiques mangent les restes de leurs maîtres dans un coin sombre de la cuisine ou du garage. On les considère comme des animaux. Les chiens de compagnie sont mieux traités que ces êtres faibles. Par ailleurs, en les plaçant comme bonnes, les jeunes filles sont privées de l'enseignement et de la formation professionnelle qui leur garantissent un avenir meilleur.
Le phénomène des bonnes ne cesse pas de prendre de l'ampleur. Cependant, je crois que les solutions ne manquent pas. Les responsables dans notre pays doivent agir vite avant qu'il ne soit trop tard. La première démarche à faire est de combattre la pauvreté. Dans ce sens, il est nécessaire de créer les conditions favorables pour le développement de la campagne : la construction des écoles, des hôpitaux, des routes et l'électrification s'imposent. Sans oublier la nécessité vitale d'assurer aux populations rurales l'eau potable. D'autre part, il faut encourager l'investissement dans ces zones dévastées par la sécheresse les inondations et l'ignorance. Sur le plan juridique, le gouvernement doit interdire le travail des fillettes, et stipuler des lois qui protègent les bonnes et garantissent leurs droits. Parallèlement à ces mesures, je pense qu'il est vital de créer des centres qui reçoivent les bonnes maltraitées par leurs employeurs. Ces centres apporteraient un soutien psychologique et juridique aux victimes des abus des employeurs.
Ceci dit, je suis formellement contre le travail des jeunes filles. Leur place est dans les écoles et les centres de formation. Des associations connues comme «Bayti » jouent un rôle important dans l'assistance des ces petites filles ; le gouvernement doit lui accorder des subventions.
Le travail des fillettes comme domestiques est une conséquence de la pauvreté dans laquelle croupissent les parents de celles-ci. Pour lutter contre ce phénomène, il faut aider les parents à améliorer leurs conditions de vie. Dans l'état actuel des choses, avec l'avènement de la mondialisation qui draine dans son sillage l'égoïsme, l'individualisme et l'indifférence envers autrui, le fléau ne risque-t-il pas de s'aggraver ?
La violence à l'égard des femmes «La violation des droits de l'homme la plus honteuse se caractérise sans doute par la violence à l'égard des femmes. Tant que des actes violents continueront d'être perpétrés, nous ne pourrons prétendre à des progrès pour atteindre l'égalité, le développement et la paix.» La violence à l'égard des femmes revêt différentes formes, dont : la violence domestique; le viol; le trafic de femmes et de filles .La sélection prénatale en fonction du ***e favorable aux garçons.La violence à l'égard des femmes constitue une forme de discrimination à l'égard des femmes. Les organisations combattent toutes les formes de trafic de femmes et de filles. La violence domestique, notamment le fait de battre les femmes, constitue sans doute la forme la plus courante de violence perpétrée à l'encontre des femmes. Dans les pays où des études fiables sur la violence fondée sur le ***e sont disponibles, on signale que plus de 20 % des femmes ont été victimes d'abus commis par l'homme avec lequel elles vivent. Selon le Rapport sur le développement mondial, le viol et la violence familiale ont une incidence plus néfaste sur l'espérance de vie des femmes que le cancer du sein, le cancer du col de l'utérus, le travail forcé, la guerre ou les accidents liés aux véhicules à moteur. La violence exercée par un mari à l'égard de sa femme devrait être sanctionnée de la même manière que celle exercée par un étranger. D'après l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), le trafic de femmes et d'enfants, qui se pratique le plus souvent à des fins d'esclavage ***uel, génère jusqu'à 8 milliards de dollars par an. En raison des vastes profits, de plus en plus liés à la criminalité organisée, par ceux qui s'adonnent à ce type d'activité, ce commerce représente une menace grandissante pour la communauté internationale. Du fait de leur situation marginale et de leurs modestes ressources économiques, les femmes et les filles pauvres forment un des groupes cibles clés pour les délinquants. Certaines participent volontairement à ce trafic, espérant ainsi acquérir des revenus plus conséquents et échapper à la pauvreté. L'initiative récente du gouvernement marocain visant à lutter contre les violences faites aux femmes va de la mise en place de nouveaux centres d'écoute et d'abri pour les femmes battues. Ce projet de loi s’inspire des principes de l’Islam, des valeurs de la société marocaine et des acquis réalisés par le pays dans le domaine de la préservation des droits de la femme.La violence conjugale est due à une mentalité basée sur le machisme. Ainsi le ministère a-t-il adopté une vision axée sur la nécessité de lancer des campagnes de sensibilisation, en collaboration avec les Ministères de l’Education Nationale et des Affaires Islamiques, pour mettre en place une culture visant à instaurer l’égalité entre les ***es.

La violence à l’égard des femmes : Qu’il s’agisse de l’intérêt de l’enfant en particulier, de la promotion de la femme, du droit à une vie décente ou de la protection de la plus petite enceinte de la société et qui n’est autre que la famille, le problème revêt une importance capitale. Une chose est sûre, depuis quelques années, la sensibilisation à cet effet, prend de l’ampleur. D’après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la violence à l’égard des femmes, est un grave problème de santé publique et des droits de l’homme partout dans le monde. C’est la forme la plus discriminatoire à l’égard des femmes, portant atteinte à ses droits et à sa dignité, et entravant sa participation positive au développement durable et à la stabilité sociale. La violence peut être engendrée par le conjoint, le père, le patron ou une tierce personne. Elle peut être physique, ***uelle ou verbale pouvant avoir des conséquences fâcheuses aussi bien pour la femme -séquelles physiques à moyen terme ou à vie, et psychiques parfois plus graves que le les violences corporelles- que pour toute la famille. Car, toute maltraitance de la mère, au sein de son foyer, porte atteinte aux enfants, lesquels refoulent leurs sentiments entremêlés de crainte et de haine, jusqu’au jour où, la fatalité frappe le climat familial, et ces enfants perdent la tête et se retrouvent déboussolés, griffes sortis, pouvant faire toute sorte de bêtises tel que violenter, voler ou tuer. On retrouve les différentes formes de violence dans toutes les régions, tous les pays, dans toutes les cultures, quels que soient le niveau de vie, la classe sociale, la race ou l’ethnie. Au Maroc, plusieurs campagnes de lutte contre la violence à l’égard des femmes ont eu lieu. Pour changer les mentalités, il fallait améliorer l’image de la femme au sein même de nos sociétés, vis à vis de l’homme et surtout dans les médias. Actuellement, avec l’INDH, Ce nouveau chantier permettra à la femme d’améliorer son niveau de vie, d’accéder à l’instruction et d’avoir les qualifications qui lui permettront de jouer pleinement son rôle dans le développement de notre pays. Pouvant aider son mari, certains conflits d’ordre matériel pourront être minimisés. Malgré toutes ces avancées, la violence à l’égard des femmes dans notre société marocaine se ressent toujours. Elle est relative à des problèmes d’ordre socio-économique ou /et culturel. Peut-être faudrait-il être plus rigoureux quant aux sanctions, intégrer dans le Code pénal ce genre de violence et instaurer des lois spécifiques pouvant “traumatiser” toute personne voulant violenter une femme et l’inciter à réfléchir profondément avant d’entamer ces actes de violence. On ne doit jamais mettre en avant la mentalité, mais la norme juridique. C’est la norme juridique qui change la mentalité parce qu’on n’attend pas que les mentalités changent pour adopter des normes juridiques .Et surtout, n’oublions pas nos racines et nos références religieuses Islamiques lesquelles interdisent la maltraitance de la femme et qui préservent ses droits tout en garantissant sa dignité[b]
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
معاينة صفحة البيانات الشخصي للعضو http://aindourij.7olm.org
 
لمن لم يجدproduction ecrite بعد
الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
منتديات عين دريج :: علوم وثقافة :: الدراسة والمناهج التعليمية-
انتقل الى: